C’est quoi l’ARJEL ? Activité 2017/2018

Salut les Parieurs Intelligents.

C’est Laurent du site abcparissportifs.com.

N’hésitez pas à cliquer sur le bouton Abonnés juste en dessous de la vidéo pour me suivre.

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle vidéo pour comprendre ce que c’est que l’ARJEL.

L’ARJEL signifie l’Autorité de Régulation des Jeux En ligne. Elle régule trois entités :

    • Poker
  • Paris Hippiques
  • Paris Sportifs

Sur le site, on peut consulter la liste des opérateurs agréés par l’ARJEL en France. Il y en a 13 pour les paris sportifs.

  • Betclic.fr
  • Betstars.fr
  • Bwin.fr
  • Feelingbet.fr
  • France-pari.fr
  • Genybet.fr
  • Joa-online.fr
  • Netbet.fr
  • Parionsweb.fr
  • Pmu.fr
  • Unibet.fr
  • Vbet.fr
  • Winamax.fr
  • Zebet.fr

Je fais cette vidéo en lien avec le rapport d’activité 2017/2018 de l’ARJEL. Dans le menu Presse on retrouve ce rapport qui a été publié le 28 juin 2018. C’est un rapport qui fait 74 pages. On ne va pas le lire ensemble par contre j’ai extrait un certain nombre d’éléments qui me semblent importants et qui vous intéresseront. Je les ai mis dans un powerpoint.

Regarder ce rapport d’activité si vous êtes parieurs est important pour voir l’état du marché des paris sportifs en France et donc possiblement l’argent que vous pouvez gagner pour arrondir vos fins de mois voire même gagner plus et peut-être devenir un parieur professionnel.

Le premier point que l’on retrouve au début du rapport c’est le fait qu’en 2017, il y a eu une amélioration notable du marché et donc du chiffre d’affaires des bookmakers .fr. Il faut savoir qu’en 2010 il y a eu une loi importante en France qui a eu un poids conséquent sur tous les marchés (Poker, Paris hippiques et Paris Sportifs). Les années suivants la loi, les diverses activités ont eu des soucis pour se développer mais ça on le reverra un petit peu plus tard dans cet article.

Ce qui est intéressant c’est de souligner que huit ans après la loi le marché est en amélioration. On le constate par les dépenses des joueurs par an qui atteignent 343 euros, ce qui représente une augmentation de 4 7%. C’est une très bonne chose.

Autre point qui transparaît dans ce rapport c’est l’intérêt majeur de l’ARJEL en matière de prévention et vis-à-vis de l’addiction aux jeux d’argent. Ce qui m’inquiète un petit peu c’est qu’ils disent que huit ans après la réforme de 2010 ils voudraient une nouvelle réforme d’ampleur pour mieux gérer le marché. On peut se poser des questions sur ce qui pourrait être envisagé par le législateur et donc par l’état Français. A voir dans les années à venir.

Dans l’offre de jeux en France, il faut savoir que l’ARJEL gère donc uniquement que les secteurs cités ci-dessus et qu’il y en a bien d’autres en France et notamment le loto, les jeux de grattage, et les casinos.

Tous secteurs confondus le marché représente 10 milliards d’euros avec une augmentation de 4% par rapport à l’année 2016. L’activité gérée par l’ARJEL ne représente qu’un milliard d’euros soit 10%. Par contre, on peut constater qu’elle est en croissance de 18% par rapport à l’année 2016. C’est une bonne nouvelle.

Le parieur sportif est défini dans le rapport. C’est un homme dans 91% des cas. Il a moins de 35 ans et il parie sur les sports les plus populaires (Football, Tennis, Basketball). Il engage en moyenne 11 euros par pari et sa dépense moyenne en 2017 est d’environ 237 euros.

Autre point intéressant que j’ai découvert c’est que la majorité des mises sont enregistrées depuis un support mobile (smartphone ou tablette). Personnellement, je parie sur PC.

Les opérateurs au niveau du poker ont diminué depuis 2010. Passage de 23 à 7 en 2017. Concernant les paris hippiques ils sont passés de 9 à 8 entre 2011 et 2017. C’est stable. Pour les paris sportifs, le nombre d’opérateurs est passé de 16 en 2011 à 9 en 2012. Mais depuis 2012, c’est en croissance. Il y a 13 opérateurs désormais ce qui est un bon signe pour ce marché.

Parlons de l’évolution du nombre de comptes joueurs actifs et de la dépense moyenne par joueur. Au poker, il y a un million de comptes joueurs actifs. La dépense annuelle moyenne est de 234 euros. Dans les paris sportifs, le nombre de comptes joueurs actifs est le double avec pratiquement 2 millions. La dépense moyenne annuelle est de 237 euros. Dans les paris hippiques, le nombre de comptes joueurs actifs est 4 fois moins important qu’aux paris sportifs. Par contre la dépense annuelle moyenne des joueurs est la plus importante des trois secteurs avec 467 euros.

Le TRJ Taux de Retour Joueur est un indicateur très important. Il est plafonné à 85% pour la proportion maximale des sommes versées aux joueurs par rapport aux mises. Cette proportion s’apprécie globalement sur un an par opérateur. En fonction des marchés masses/niches cette proportion sera différente. Sur le football, on sera plus autour de 95% alors que des marchés de niche (Rugby ou autres), on sera à moins de 85%.

L’activité des paris sportifs est passé de 592 millions d’euros en 2011 à 2,5 milliards d’euros en 2017.

Le nombre moyen hebdomadaire de comptes joueurs actifs en paris sportifs a plus que triplé depuis 2011. Il est passé d’environ 100000 en 2011 à 334000 en 2017.

La répartition des mises par sport en 2017 suit la logique des marchés. 57% pour le Football, 21% pour le Tennis et 11% pour le Basketball. Il ne reste que 11% pour tous les autres sports.

Voilà j’en ai terminé avec les principaux points que l’on pouvait relever dans ce rapport, du moins ceux qui m’intéressaient. Je vous laisse lire le rapport en entier si vous souhaitez aller plus loin.

Le marché des paris sportifs se porte bien. C’est positif pour débuter dans les paris sportifs et essayer de gagner de l’argent. C’est le moment.

A la semaine prochaine pour une nouvelle vidéo.

N’hésitez pas à laisser un commentaire.

A bientôt
Laurent

Ma chaîne Youtube
ARJEL
Rapport 2017/2018